Nous cherchons activement les membres de la prophétie pour faire avancer l'intrigue du forum.
 
CalendrierFAQRechercherMembresAccueilGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Entre fleur et bourgeon [PV Kuro]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Entre fleur et bourgeon [PV Kuro]   Dim 7 Juil - 22:04

Aujourd'hui, c'est un jour spécial. Aujourd'hui,, il parait que la nouvelle femme de mon grand père va s'installer! Alors, je me suis levée tôt. Le soleil venait à peine de se lever quand une dame est venue me tirer du pays des rêves. Toute ensommeillée, j'ai eu envie en premier de l'envoyer sur les roses pour qu'on me laisse dormir, mais j'ai résisté! Je me suis levée en bougonnant, et je me suis laissée me faire habillée et coiffer comme une poupée. Comme une dame donc.
Et puis après, on m'a emmenée déjeuner, comme tous les matins. Je vous vois venir. "Pourquoi tu n'es pas avec Nahel?" et bien parce que monsieur mon frère a préféré la rencontrer plus tard. Pfff! C'est pas comme ça qu'il va faire bonne impression celui là. De toute façon, il a toujours été le préféré de pépé, alors moi je veux être la préférée, cette fois!
Une fois mon déjeuner avalé, je peux enfin vaquer à mes activités! Et cette fois, pas la peine d'essayer de perdre ma nourrice, puisque j'ai le droit d'aller dans les chambres -en même temps, heureusement, puisque je dors ici! Pendant une heure, j'ai cherché. Encore, et encore, et encore. Mais je ne l'ai pas trouvée, cette madame.
Alors j'ai laissé tombé. Oui je sais, je devrais pas, mais bon, c'est que je suis fatiguée moi! Je me suis donc dirigée vers la chambre de mon papa.
En silence, je pousse la lourde porte en bois, pour faire face à une chambre plongée dans le noir total. Visiblement, papa dort encore. Je hausse les épaules, et me faufile dans la pièce. Puis, je grimpe comme je peux dans son grand lit en velours, et me glisse à coté de lui, tenant encore et toujours mon Doudounet dans la main. Je tente alors de réveiller papa -et d'ailleurs, papa, tu RONFLES!  Je le pousse un peu de la main, en disant quelques fois "Papa, tu dors?" mais pas de réponses.
Du coup, ça aussi je peux laisser tomber. Rolala, les gens sont pas gentils avec moi aujourd'hui. Pendant un moment, j'ai eu envie de m'endormir à coté de lui, mais je n'ai pas le droit. Avant je pouvais, mais maintenant il parait que je suis trop grande pour le faire. C'est dommage, j'aimais bien ça moi, m'endormir dans les bras de mon papa, qui sent si bon.
Déçue, je descends du lit et quitte la pièce. Je me dirige vers ma chambre pour me recoucher, mais une porte presque ouverte attire mon attention. Je regarde autour de moi, personne, parfait! En silence, je me faufile à coté de la porte, puis une fois dans la pièce, je regarde autour de moi.

Des livres! Partout des livres, que des livres! Olala, ce que j'aimerais pouvoir lire! Mais on m'a dit qu'il fallait que j'attende encore un peu pour apprendre à lire. Je crois d'ailleurs que l'année prochaine, on m'apprendra à lire et à écrire, chouette!
Enfin bon, pour le moment, là n'est pas la question. Je regarde autour de moi, cherchant autre chose que des livres. Puis mon regard bleu azur se pose sur le dos de quelqu'un. Une très belle femme, brune, bien habillée. Ce qu'elle est jolie!
Timidement, je me rapproche d'elle, jusqu'à arriver à ses pieds, puis je tire deux petits coups sur sa robe pour attirer son attention.

-Bonjour madame. C'est vous la nouvelle femme de mon grand père?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre fleur et bourgeon [PV Kuro]   Dim 17 Nov - 23:14

Mes paupières s'ouvrirent, instantanément, sans prodrome, comme instinctivement. D'un instant à l'autre je passais d'un état de sommeil à un état parfaitement éveillée. Pourtant je restais dans mon lit, immobile sous mes couvertures. Je réfléchissais. Je repensais à mon réveil et à cette seconde rencontre avec l'Empereur dans cette salle de l'infirmerie. Le destin est une chose bien curieuse... Mes idées en place je me levai afin de gagner mon balcon. Le soleil n'est pas enore  levé et un air frais, revigorant, caresse de ses doigts le palais impérial. Une fois comblée de cette brise de l'Est je rentre et prends mon bain, avant de me coiffer moi même, personne n'étant réveillé à cette heure, et de m'habiller d'une longue robe chocolat, brodée de fils d'or, et d'une ceinture d'or à laquelle est suspendue ma dague. Je me coiffe de mon diadème et prends avec moi mon sceptre avant de quitter la pièce.

Dans le couloir, les gardes protégeant ma chambre, si l'on peut appeler cela protéger, me saluent d'une révérence. Leur conduite pourtant irréprochable, me laisse cependant penser qu'en cas de réelle menace, ceux-ci ne seraient bons qu'à perdre leur vie. Que devrais-je faire dans ce cas ? Les congédier, demander à ce qu'aucun homme ne garde mes appartements privés ? Mais est-ce bien sage... D'un autre côté, est-ce bon de laisser des hommes perdre leur vie inutilement ? Si moi même je ne peux me défendre, eux n'ont strictement aucune chance. D'un autre côté il leur est possible d'obtenir un meilleur solde, et leur famille jouit d'une position plus avantageuse. Au moins devrais-je leur donner leur journée.

Vous là, rentrez chez vous, auprès de vos familles, et reposez vous aujourd'hui.

Visiblement interloqués, mais inaptes à se dresser face à l'ordre de leur impératrice, ils s'éloignent et quittent les lieux. Je continuais ensuite dans ce couloir, vers la salle d'armes, où je m'entrainais à la dague, afin de développer une technique de défense efficace au corps à corps. Je ne manquais jamais d'entrainer de même ma Foudre Noire, pouvoir unique, dont la seule utilisatrice connue est la Grande Impératrice d'Onyx, pouvoir faisant, par-delà l'océan trembler les monarques et chevaliers. La salle était déserte, personne n'osait s'entrainer à cette heure, la bande de lâches. A Onyx la puissance règne, et l'Impératrice se devait d'incarner cette puissance, quel qu'en soit le coût, quelles qu'en soient les difficultés. Je m'entrainais trois heures durant, au moins, ensuite je repartis prendre une douche. Je revisualisais mon entrainement durant mon bain... Certains auraient dit, pourquoi s'incommoder d'une robe alors que l'on tentait de pratiquer le combat, un vrai guerrier sait choisir son équipement aussi bien que son arme. Si certains m'avaient vue, ils m'auraient prise pour une novice et se seraient certainement moqués... Si tel avait été le cas, leur châtiment aurait été des plus terribles, personne ne se moque de la grande Kurohana, Impératrice d'Onyx... Et bien concernant la robe, ce qu'un guerrier, avec ses muscles et son manque de réflexion ne sait appréhender, c'est qu'il est impossible de prévoir quand l'ennemi surgira, et quand les fruits de l'entrainement seront utiles, est-ce donc sage de mourir car le moment était inopportun ? A Onyx les gens se doivent de mourir de par une différence de puissance, et non parce que cela n'était pas le moment, ou que la météo n'était pas clémente ce jour là.

Je peux sembler froide, dure, impétueuse, arrogante, dangereuse ou encore solitaire, et je le suis. Cependant, tel le parfum d'une fleur je suis complexe, je ne possède pas qu'une unique fragrance. Et si le plus puissant et le plus agressif des parfums peut sembler dominer le reste des teintes, il n'en possèdera pas moins une part sucrée, douce, délicate. En quête d'innocence et de tendresse?Cela n'est pas de l'amusement, je trouve nombre de moyens de m'amuser, que personne n'en ait cure, et ces méthodes pourraient être qualifiées de démentes par les uns, héroïques par les autres, cependant une part de "rêve" subsistait et subsistera toujours en moi.

Je me rhabillais cette fois-ci d'une tenue légère, plus affriolante, noire et or, rehaussant les reflets de ma chevelure, et l'harmonie de mes bijoux. Debout près de la bibliothèque j'attrapais un livre, un nouveau traité sur les runes. La lecture... Là se doit d'être ma plus grande passion. Rien en ce monde ne m'apporte plus de plaisir que d'être transportée par les lignes et les pages, les mots, la connaissance. La connaissance est la meilleure source de pouvoir, sans parler de son goût si subtil, si délicat, cette ivresse de l'âme... Je dévorais mon livre en entier, en deux heures à peine, sans même m'assoir, face à une portion infime de mon immense bibliothèque. Je rangeai le livre et repensais à son contenu, fascinée, souriante de ce nouvel apport, quand je sentis quelque chose tirer un pan de ma robe.

J'entendais:
-Bonjour madame. C'est vous la nouvelle femme de mon grand père?

La voix était aigüe et émanait du sol. Je tournais la tête, et sans perdre de mon sourire, effrayant je l'accorde, je la contemplais de mon regard hautain, assombri par ma frange noire tombant sur mon front. Quelques secondes passaient, et je ne répondais rien. Ce devait être la petite fille de l'Empereur, Alyce il me semble, mais où était donc son frère, Nahel, ou Nazel il me semble, on me les avait décrits comme inséparables. J'espère qu'il n'est pas en train de fouiner, j'exècre que l'on touche à mes affaires.

Elle est petite, mignonne, attendrissante... Une part d'innocence, face à mon air elle semble un peu effrayée, elle s'est légèrement recroquevillée et tente de cacher son visage avec ma robe. Je change mon expression en un sourire plus courtois, et passe les doigts dans mes cheveux afin de laisser la douce lumière du jour baigner mon visage. D'un sourire je lui dis:

En effet, c'est moi, enfant. Et toi tu es Alyce n'est-ce pas ? L'ancêtre parle très souvent de ton frère mais je n'en ai étrangement entendu que très peu sur toi... Dis-moi, es-tu puissante ?

Ma question était directe, et mon air interrogateur, tout ceci était réfléchi et attendait une réponse. Curieuse, et intéressée que j'étais.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre fleur et bourgeon [PV Kuro]   Sam 23 Nov - 22:07

Ouh, je n'aurais pas dû l'embêter finalement, vue le regard avec lequel elle me regarde. C'est qu'elle fait un peu peur en fait, pour le coup, je regrette beaucoup d'avoir voulu faire les choses en première... la prochaine fois, je ferai comme d'habitude, et je laisserai Nahel commencer les choses avant moi ! Face à ce regard méchant, je me cache une partie du visage dans le doux tissu de sa robe, et ne laisse passer que mes grands yeux bleus.
Et puis finalement, la voila qui change d'air. Ah, c'est mieux comme ça dis donc ! Prise à nouveau d'assurance, je me découvre à nouveau le visage, mais entièrement, on ne sait jamais, peut-être que d'un coup elle voudrait me donner une fessée parce que j'aurais été trop "entreprenante, pour une petite fille".

-En effet, c'est moi, enfant. Et toi tu es Alyce n'est-ce pas ? L'ancêtre parle très souvent de ton frère mais je n'en ai étrangement entendu que très peu sur toi... Dis-moi, es-tu puissante ?

Puissante ? En voila une drôle de question ! Qu'est-ce que j'en sais moi, si je suis puissante ! La seule chose que je sais, c'est que le vieux barbu qui me sait de professeur de magie passe son temps à me disputer, parce que soit disant que ne me laisse pas le temps de progresser selon ma "maturité".
Tenant toujours un pan de sa robe dans ma petite main, je m'écarte un peu d'elle pour pouvoir mieux la voir, puis je me mets à répondre doucement tout en regardant mon doudounet, intimidée.

-Euh, je ne sais pas, il faut demander au monsieur qui m'apprend à faire de la magie. Il me dit souvent d'y aller plus doucement, parce que sinon un jour, comme il dit, je finirai par mettre le feu au château. Mon papa il me dit souvent que je suis promise à de grandes choses, parce que je fais mieux ce qu'on me demande que mon frère. Mais bon, je n'ai pas le choix. Déjà que pépé ne me parle jamais, alors si en plus Nahel est mieux que moi aussi dans la magie, pépé il ne va jamais m'aimer... Vous voyez ?

Finalement, je lève la tête vers elle pour la regarder franchement dans les yeux. Après tout, tant pis si je me fais disputer. Moi, j'ai envie de voir ce que ses yeux me disent.

-Ah, oui ,pis, c'est normal que pépé ne parle pas de moi. Il passe tout son temps avec Nahel, mais par contre il ne s'occupe jamais de moi. Donc forcément, il ne peut pas m'aimer beaucoup.

Après ça, je rebaisse ma tête pour reporter mon regard sur mon lapin. Nerveuse, je me mets à jouer avec ses deux oreilles, ayant peur de ce qu'elle pourrait me dire.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Entre fleur et bourgeon [PV Kuro]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Entre fleur et bourgeon [PV Kuro]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Haiti en Marche: Haiti entre la Chine et Taiwan
» Conflits entre les syndicats au sujet du CEP et des elections.
» Atelier de travail entre entrepreneurs dominicains et haïtiens
» ENTRE LA DROITE REVOLUTIONAIRE ET LA GAUCHE REACTIONAIRE ??
» Relations entre Politique, CIA et le Sida

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'Empire :: Le château :: Les appartements royaux-