Nous cherchons activement les membres de la prophétie pour faire avancer l'intrigue du forum.
 
CalendrierFAQRechercherMembresAccueilGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Transaction Immobilière [Maitre du Jeu] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Transaction Immobilière [Maitre du Jeu] [Terminé]   Jeu 20 Mar - 8:55

La capitale grouillait d’agitation. Partout ce n’étaient que passants, commerçants, militaires, criards, aventuriers, balourds, montreurs d’animaux dressés, cracheurs de flammes et tire-laines, diplomates et prestidigitateurs à la sauvette. Si on avait dû comparer la ville à quelque chose, on aurait pu penser à une fourmilière, sauf que les fourmis sont organisées, elles. Ici, chaque être vivant suivait sa destinée propre en cherchant, probablement, à prendre la place de celui qui était juste au-dessus de lui dans la hiérarchie stricte d’Onyx.

En somme,  le comportement normal des êtres vivants. L’esprit n’est pas fait pour s’entasser dans un lieux putride en compagnie de plusieurs centaines de milliers de semblables, et devient très vite dingue à force de manquer d’air et d’espace. Pourtant, personne ne semblait s’en apercevoir.

Umbriel W. Maxwell, confortablement assis dans une diligence, se prenait à rêver de son ancienne vie. Les routes à perte de vue, les paysages immenses, le mouvement. La liberté. Mais tout ça était derrière.
Face à lui, assises et silencieuses, se tenaient ses deux petites filles. Et juste à côté de la blonde, la plus à droite, flottait une silhouette qui aurait pu être son double, si ce n’est que cette silhouette-là était transparente, légèrement phosphorescente, et traversait parfois sans faire exprès le plancher de la diligence.

La carriole se dirigeait vers les parties les plus à l’est de la ville, demeure des riches habitants de la citadelle, des bourgeois, des chevaliers désireux de s’écarter un temps de l’agitation du château, là où d’augustes manoirs abritaient ceux qui avaient fortune, de manière plus ou moins légale.
Umbriel tapota la cloison, et la diligence se stoppa. Quand la petite famille descendit, le conducteur, une ombre portant manteau long et chapeau haut de forme, s’évanouit dans les airs sur un geste du sorcier.

La famille Maxwell s’était arrêtée devant un gigantesque terrain. Sur ce dernier se dressait un très vieux château, délabré et abandonné, de multiples dépendances (manoirs plus petits, écuries, demeure des domestiques), un vaste jardin, un parc, une petite forêt artificielle qui aurait pu abriter le tournage de n’importe quel film d’horreur, un lac artificiel de taille honnête, un cimetière personnel, et divers autres éléments décoratifs en morceaux. Le tout donnait une impression d’ancienneté, de vétusté, et sentait légèrement le moisi. Les différentes toitures étaient souvent percées ou effondrées.  

Il était intéressant, néanmoins, de voir que malgré la taille impressionnante du domaine, sensiblement plus grand que ceux des autres résidences à proximités (toutes de tailles impressionnantes, où on aurait pu loger plusieurs centaines d’hommes du peuple), de voir donc que la résidence n’était qu’un simple point sur la carte par rapport au gigantesque château d’Onyx, qu’on pouvait voir au nord de la ville dressant toutes ses tours, ses passerelles et ses donjons. Pour un peu, il aurait même fait de l’ombre sur le château face à la famille Maxwell.

Umbriel voulait acheter, pourtant, cette demeure en ruine. Déjà parce qu’elle était plus grande, et qu’il voulait avoir de l’espace. Ensuite parce que trouver un château à vendre était extrêmement difficile : la plupart du temps les gens se les faisaient construire, et il n’avait pas le temps pour ça. Enfin parce que le délabrement ne le dérangeait absolument pas : au contraire. Il entendait rénover les lieux à sa manière, avec ses ouvriers personnels.

Le grand sorcier dragonit, aux yeux d’or en fusion et aux dents pointues, tira magiquement sa montre à gousset de sa poche, et en contempla le quadrant. Il escomptait que ce ridicule vendeur, appartenant à dieu sait quel réseau louche de la citadelle, soit à l’heure… Sinon, les affaires commençaient mal pour l’émissaire qui allait lui vendre ce terrain et tous les bâtiments lui étant lié.


Dernière édition par Umbriel le Ven 18 Avr - 8:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Maitre du Jeu
PNJ / Gérant d'événement
avatar

Messages : 168
Date d'inscription : 04/01/2013
Age : 24
Localisation : France

MessageSujet: Re: Transaction Immobilière [Maitre du Jeu] [Terminé]   Lun 31 Mar - 17:48

Dans un vieux bâtiment situé en plein centre ville de la capitale d’Onyx, un petit bonhomme trapu, qui avait une moustache italienne, rajustait sa cravate en se répétant en boucle « tu peux le faire, Henri ! ». Ce vieux bâtiment était une agence immobilière, dont le manque de bénéfice menaçait de faire fermer boutique. Pour ce petit homme trapu, seul et dernier employé de l’agence, sa prochaine affaire allait être une occasion en or : un nouvel arrivant dans la capitale souhaiter acheter un très vieux manoir, et, si l’affaire allait conclure, la somme d’argent récoltée serait bien suffisante pour refaire fleurir son commerce. Par ailleurs, cela intriguait assez notre petit homme. Le manoir était certes bien placé et à bas prix, mais il était délabré, presque en ruines on pourrait dire. Qu’est-ce qui pouvait bien pousser cet homme à acheter ce bâtiment ? Ses nombreuses questions le rendait impatient de rencontrer son futur client.
Passant deux doigts sur sa moustache pour la remettre en ordre, l'agent immobilier poussa un soupir pour s'encourager, et quitta le bâtiment. Tant bien que mal du fait de sa petite taille et de sa grosse corpulence, il entra dans la diligence de l'agence, où était inscrit en gros le nom de l'agence, et se dirigea vers le manoir convoité, lieu de rendez vous avec son client. Quelques minutes passèrent donc ainsi, minutes qui lui semblaient ô combien longues, lui qui n'avait que très peu de patience, jusqu'à ce que finalement, il posa pied à terre, allant à la rencontre de son client.
L'apparence de ledit client lui fit froid dans le dos. A présent, il commençait à comprendre pourquoi il souhaitait vivre éloigner de la ville. Avec une telle allure, à vous en faire mourir de peur un mort, les regards piquants à son égard ne devaient pas être rares du tout. Passée cette première impression, l'agent immobilier salua son client.

"Vous êtes monsieur Umbriel W. Maxwell je suppose ? Je suis Henri, chargé de votre dossier. Si vous le souhaitez, nous allons commencer la visite."

Sur ces mots, l'agent se dirigea vers la porte et commença à fouiller frénétiquement la poche droite de sa veste, pour en sortir ensuite un trousseau qui portait des dizaines de clés, dont l'une était celle du bâtiment. Les mains tremblantes, le petit homme testa une à une les clés dans la serrure, jusqu'à ce qu'il tombe enfin sur la bonne, non sans avoir poussé un petit soupir de soulagement.
Du mieux qu'il put, il poussa la lourde porte d'entrée, et la referma derrière lui après avoir laissé Umbriel. L'heure qui suivit fut terriblement longue, heure durant laquelle l'agent présenta les nombreuses et immenses pièces du manoir, toutes horriblement sales et en très mauvais état. Cependant, malgré tout cela, on pouvait deviner combien le manoir avait surement été magnifique en son temps. Sous les montagnes de poussières, le papier peint était très beau, tout comme le plancher ou les meubles. En fait, avec beaucoup, beaucoup de travail, on pouvait rendre cet endroit aussi beau, voire plus, qu'il ne l'était.
A la fin de la visite, la petite troupe revint à l'entrée. Le petit moustachu se tourna vers Umbriel dans l'espoir d'avoir une réponse positive.

"Ce manoir vous convient-il ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://amantis.actifland.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Transaction Immobilière [Maitre du Jeu] [Terminé]   Lun 7 Avr - 14:04

Portes et couloirs défilaient, tandis que Sire Maxwell, très récemment nommé Conseiller de l’Empereur Arthaer, examinait sa très probable future acquisition.
Il est vrai que les lieux ne payaient pas de mine : la poussière était omniprésente, les dégâts faits aux bâtiment par les intempéries très nombreux, et on sentait comme une vieille odeur de moisissure. Pourtant, sans trop savoir pourquoi, Umbriel sentait que cet endroit pourrait bien devenir son chez lui… Lui qui avait vécu toute sa vie en nomade se retrouvait à se sentir « installé » quelque part. Étrange.

Ses deux petites filles avaient très rapidement disparu au début de la visite, désireuses d’explorer à leur manière les alentours et les augustes bâtisses. Bien vite, pendant que… Henry… faisait faire le tour du domaine à son client, on entendit les voix de trois jeunes filles rire et courir dans les couloirs. Comment une troisième s’était rajoutée, Umbriel se garda bien de le dire, pas plus qu’il ne sourcilla quand une fille touchant à peine le sol et légèrement transparente avait traversé sol et plafond dans le dos du vendeur. Ces gamines… Toujours prêtes à faire des farces.

Les lieux, effectivement, avaient ce « quelque chose » qu’il avait pu trouver dans certaines clairières, certaines vieilles tours. Le poids de longues histoires accumulées puis oubliées. Oui, il se plairait bien ici. Il y avait de la magie dans l’air, dans les murs, des esprits et des murmures, des ombres, tout ce qu’il cherchait. Remettre en état les lieux demanderait du temps et une certaine énergie mais… Ça en vaudrait le coup.

De retour devant la grille en fer forgée, en compagnie du vendeur mal à l’aise, Umbriel regarda une dernière fois les lieux, comme si sa décision n’avait pas déjà été prise. Puis, finalement, il déclara posément.

« Cela pourrait faire l’affaire. Évidemment, l’actuel délabrement des lieux ne joue pas beaucoup en sa faveur mais je ressens du… potentiel ici. Tout comme je sais qu’il y a du potentiel en vous, et en votre petite entreprise, Henry. »

Umbriel avait dardé son regard qui ne cillait pas dans les yeux du petit homme replet. Il ressemblait beaucoup à un lapin prit dans les yeux hypnotiques d’un serpent.

« C’est pour cela que j’ai fait appel à vous. Que j’ai choisi ce lieu. Isolé, loin de la ville… oui, j’ai des projets. Et je me disais que vous, Henry, homme honnête comme vous l’êtes, et surtout désireux de remettre votre entreprise dans le droit chemin, vous pourriez m’aider. »

Le sorcier relâcha son emprise oculaire, et pointa son long nez en lame de rasoir à nouveau vers le parc. Il engloba du main le château et ses dépendances :

« D’ici peu je vais faire venir des ouvriers spécialisés, mais il leur faudra des matériaux. De plus, j’aimerai faire plusieurs acquisitions en ville. Et puis, j’ai besoin d’un intendant pour superviser les travaux pendant que j’officierai à la Cour de l’Empereur, qui compte beaucoup sur moi.

Vous comprenez ? »
Ajouta-t-il en braquant à nouveau ses yeux couleur soleil crépusculaire sur le propriétaire immobilier.

« Je vous fais une proposition d’achat. Pour ce terrain, et votre entreprise. Servez moi loyalement, et les profits pleuvront. Les pièces, l’or, l’argent, tout le reste. Avez-vous de la famille, monsieur Henry ? Vous avez vu mes filles : je sais ce que c’est que d’avoir des êtres chers à protéger, à chérir. Je sais que vous voulez le mieux pour vos enfants, ou bien les enfants que vous aurez un jour. Laissez-moi guider vos pas, offrez moi votre aide, et en échange vous aurez tout le loisir d’accumuler les richesses dont votre famille et vous-même aurez besoin. »

Umbriel prit un air songeur, raffermissant sa prise sur sa canne après que, comme à leur habitude, ses bras se soient agités comme ceux d’un ministre effectuant un important discours alors qu’il parlait. Un sourire bordait ses lèvres fines et rouge bordeaux, comme s’il venait de déguster un verre de vin rouge. « Oui. J’ai vraiment de grands projets pour la ville et ce château… »
Revenir en haut Aller en bas
Maitre du Jeu
PNJ / Gérant d'événement
avatar

Messages : 168
Date d'inscription : 04/01/2013
Age : 24
Localisation : France

MessageSujet: Re: Transaction Immobilière [Maitre du Jeu] [Terminé]   Ven 11 Avr - 14:01

Durant toute la visite, Henry avait comme l'impression que des choses étranges se déroulaient dans son dos, mais après s'être répété dans son crâne, qui commençait à se dégarnir, que tout cela se déroulait seulement dans sa tête, il s'obstinait à ne pas y prêter attention, quand bien même le courant d'air permanent qui soufflait dans son dos lui donnait la chair de poule.

Fin de la visite. Le petit homme écoutait avec attention les paroles de son futur client, se noyant dans son regard tel une proie face à son prédateur. Quand Umbriel évoqua la possibilité de l'enrichir, Henry ne put s'empêcher de songer quelques instants à sa petite famille. Effectivement, il avait des bouches à nourrir, même si ces bouches menaçaient de partir, le laissant seul dans sa vieille maison en bois rongé par les mites. Et puis il songea ensuite à ce que cela ferait de vivre "confortablement"; sa femme ne serait plus sur le point de partir avec leur voisin, il ne serait pas séparé de ses chers bambins, et sa maison ne menacerait plus de s'écrouler d'une minute à l'autre. Effaçant toutes ces pensées par un léger soupir, Henry retourna à la réalité, et leva ses yeux petits yeux noisettes vers son interlocuteur, dont la taille ne cessait de l'impressionner un peu plus chaque seconde.
Il afficha un sourire des plus commercial sur ses lèvres, tout en tendant un parchemin et une plume à Umbriel.

"Je serais ravi de vous aider dans vos projets mon cher ami -si je puis vous appeler ainsi. "

Son regard se posa ensuite sur les deux fillettes qui s'amusaient plus loin. Durant un court moment, Henry se demande où pouvait bien se trouver la mère de ces deux petites, mais il s'avisa de formuler sa question à voix haute, n'étant pas assez stupide pour poser ce genre de question sans retenue.
Reportant son attention sur son client, Henry reprit bien aimablement les documents signés qu'il avait confiés à Umbriel quelques instants plus tôt. Il se sentait plein de fierté d'avoir enfin réussi à finaliser un achat, sachant que d'ordinaire ses clients changeaient tous d'avis au dernier moment, pour une raison qui lui échappait. Mais ce coup ci, tout sera différent, on lui donnait enfin la chance, qu'il attendait depuis tellement de temps, de se relever après toutes ses difficultés.

"Je vous ferai parvenir les matériaux nécessaires aux travaux dans les plus bref délais. Je peux également vous faire visiter les établissements que vous souhaitez acquérir, plus tard ou dès maintenant, selon vos exigences."

Sur ces mots, le petit bonhomme tira sa montre de sa poche pour regarder l'heure. Diantre, la journée touchait déjà à sa fin !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://amantis.actifland.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Transaction Immobilière [Maitre du Jeu] [Terminé]   Ven 18 Avr - 8:43



L’espace d’un instant, en prenant du recul, on aurait pu trouver à la scène un aspect comique, rappelant avec nostalgie un duo de troubadours connus.
Un grand et maigre qui se penchait pour parler avec un petit gros. L’habituelle antithèse de personnages.
Mais la scène n’avait rien d’amusant. Si Henri avait offert un contrat en bonne et due forme au diable, il ne fait nul doute qu’il aurait quasiment le même sourire et le même regard que celui d’Umbriel, nouveau propriétaire de quelques huit hectares de château, et pas loin de huit cent hectares de parcs, sans compter la place prise par les dépendances. Tout cela en ruine, évidemment, couvert de toiles d’araignées, de poussières, avec une toiture prenant l’eau, des murs fissurés et lézardés, des arbustes morts dans tous les coins, une forêt en friche, etc… Mais peu importait.


« C’est parfait, monsieur Henry, tout simplement parfait »
Umbriel appuya le r de ses mots, tandis que sa langue, légèrement fourchue, s’extirpait de ses lèvres rapidement. Un tic qu’il avait encore du mal à contrôler. Ses yeux cillèrent tandis qu’il fit apparaitre, dans un petit « pof » de fumée, un stylo dans sa main. Une merveille de technologie moderne, ce stylo : une plume dont l’encrier était déjà intégré dans le manche. Ingénieux, plus qu’ingénieux même, brillant. Umbriel s’était jeté sur l’occasion, mais l’artisan en question, vieux et sénile, n’avait pas voulu entamer une production industrielle. Dommage.
D’une main dansante comme une araignée, il avisa les papiers tendus par le petit homme (dont il avait une large vue dégagée sur son front dégarnis), et les signa vivement, avec la rapidité de celui qui est habitué à conclure des transactions rapides, fructueuses, et efficaces.

« Vous voici un homme prêt à devenir riche. Les premiers acomptes arriveront bien vite, ainsi que mes instructions à suivre attentivement et à la lettre. Pas de cafouillage, monsieur Henry. Est-ce clair ? »

Le sorcier darda son regard doré aux pupilles fendues sur le petit homme. Puis, lassé de ce jeux, il commença à agiter les bras en de lents va et viens, formant des symboles cabalistiques dans les airs. Là où passaient ses mains, des traces, cinq traits flamboyants, restaient figés dans les airs. Les runes se mirent à flotter dans le vide, brillantes de magie. Tout en lançant son sortilège, Umbriel ajouta, le regard concentré vers le château :

« Vous livrerez dans trois jours au maximum les matériaux que je vous indiquerais. Quant aux futures acquisitions, nous en reparlerons face à face : pour le moment contentez-vous de surveiller que le travail avance bien ici. Je ne veux pas de fouineurs, pas de curieux, personne qui vienne regarder. Prenez des gardes, faite valoir auprès des emmerdeurs que l’Empereur Arther lui-même m’a accordé sa protection et la protection de ce domaine. Vous serez le seul à pouvoir venir ici, encore que je vous le déconseille fortement. Et vous serez aussi muet et discret qu’une tombe. Une tombe. Sinon, il y aura des désagréments. »
Les runes achevèrent de briller, et un nuage de fumée noire s’en échappa. Lentement, comme une parcelle de nuit se découpant sur le soleil couchant, des silhouettes s’extirpèrent du portail de ténèbres. Certains étaient ailées, d’autres avançaient sur six ou huit pattes. Toutes avaient un visage étrange, déformé, et étaient formées par de la noirceur pure. Le cirque macabre et inquiétant s’extirpa, lentement, et commença à aller s’aligner sur l’allée de graviers. Il y en avait des dizaines. Non. Des centaines plutôt.
« Je vous présente mes ouvriers, monsieur Henry. Vous verrez qu’ils sont autrement plus travailleurs que les vulgaires humains. Et qu’ils sont bien plus polyvalents.  Serviteurs, ouvriers, soldats… assassins… Ils savent vraiment tout faire. »
Le sourire sur les lèvres d’Umbriel s’étira encore plus, son cigare flamboyant dans le crépuscule, les ténèbres s’étendant sur la résidence, faisant danser les arbres ondulants sous le vent et teintant de rouge la demeure en ruine, dont les volets gémissaient face à la bise froide.

« Je ne voudrai pas vous mettre en retard, Monsieur Henry. » Umbriel raccompagna, sur quelques mètres,  le petit homme jusqu’au carrosse. « Ou plutôt, devrais-je dire… mon ami. »
Tandis que le carrosse prenait de la vitesse, tiré par un cocher invisible, Umbriel claqua la porte sur l’agent immobilier, et laissa le sourire aux dents pointues, plus large encore que celui d’un chat du Cheshire, hanter les rêves de l’anciennement brave homme qu’était Henry.





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Transaction Immobilière [Maitre du Jeu] [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Transaction Immobilière [Maitre du Jeu] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Magister, maitre des sangraves [Pris]
» Transaction effectuer
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» maitre chem
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'Empire :: La capitale :: Les habitations-